Action contre la faim dénonce "l'immobilisme face à la malnutrition"

Publié le par Cohérence et Espoir 94

A la veille de la journée mondiale de l'Alimentation, François Danel, directeur général de l'ONG, appelle à sortir de l'inertie face à un drame aggravé par la flambée des prix alimentaires et désormais par la crise financière.

Recueilli par ELIANE PATRIARCA

Mercredi mati à la Défense à Paris.

Mercredi matin à la Défense à Paris.


Ce mercredi matin au milieu des tours du quartier de la Défense à Paris, mais aussi dans dix neuf villes de province, pendant quelques minutes, des dizaines de personnes se sont soudain figées, immobilisées. Une performance inspirée des Freeze Mobs, happening de rue nés aux Etats -Unis,et organisée par Action contre la faim. Objectif de l'ONG :alerter l'opinion publique, à la veille de la Journée mondiale de l'alimentation, sur l'urgence d'agir contre la faim dans le monde et la malnutrition. Dans le droit fil du communiqué publié par ACF, le 10 octobre, et intitulé « A quand un plan Paulson pour les affamés ?", François Danel, directeur général de l'association humanitaire, redoute que la crise financière n'aggrave encore la situation. Entretien.


Quel sens avaient pour ACF ces Freeze mobs?

Etablir un parallèle entre le fait de s'immobiliser et l'immobilisme que nous dénonçons dans la lutte contre la malnutrition. Et si pour Paris, on achoisi le quartier de la Défense, celui des affaires, c'était aussi pour manifester notre étonnement devant la capacité à lever en quelques jours 700 milliards de dollars aux Etats-Unis, et des centaines de milliards d'euros en Europe, pour lutter contre la crise financière, alors que nous rencontrons les plus grandes difficultés à trouver des fonds pour des enfants qui meurent de faim.


Bien sûr, il fallait le faire pour enrayer la crise financière mais cela prouve que s'il y avait une réelle volonté politique, on pourrait lever des fonds et éradiquer le fléau de la manutrition.


On pourrait vraiment l'éradiquer ?

Bien sûr ! Aujourd'hui quand un enfant meurt de malnutrition, on est complice. On sait où ça se passe, comment ça se passe et comment on peut y remédier. Grâce aux pâtes nutritives qu'on a récemment réussi à mettre au point, on peut sauver la vie d'un enfant en trois semaines de traitement. Ce n'est donc pas comme une maladie rare qu'on ne saurait pas traiter !


Aujourd'hui 55 millions d'enfants souffrent de malnutrition aiguë dans le monde, dont 19 sont atteints de malnutrition aiguë sévère, c'est à dire qu'ils sont en danger de mort. Il suffirait de 3 millions d'euros par an pour sauver ces derniers.


Vous redoutez l'impact de la crise financière?

Oui, c'est comme une triple peine. A la situation déjà dramatique de la faim dans le monde, est venue s'ajouter la crise alimentaire qui a fait passer, en un an , de 2007 à 2008, le nombre de personnes souffrant de la faim de 850 millions à 923 millions.


Et maintenant c'est la crise financière qui mobilise tous les fonds et qui selon le président de la Banque Mondiale, pourrait par ricochet nous faire frôler, d'ici quelques mois, le milliard de personnes souffrant de faim dans le mond ! Alors que la FAO estime à 30 milliards d'euros par an -les besoins pour assurer la sécurité alimentaire de la planète.


Que propose Action contre la faim?

Au moment où les émeutes de la faim ont commencé à partir de février-mars, Action contre la faim a plaidé pour la création d'un fonds mondial de lutte contre la malnutrition et la faim.


Une idée qui dépuis a été reprise par le président Sarkozy et présentée au sommet de la FAO en juin dernier. L'idée de mieux coordonner les efforts de la communauté internationale a fait son chemin et a convaincu beaucoup de pays Mais depuis rien n'a été entrepris pour lever des fonds. Les experts estiment que ce fonds aurait besoin de 250 milions d'euros pour fonctionner.

Commenter cet article