Barack Obama et l'environnement

Publié le par Cohérence et Espoir 94

 

Le président américain, Barack Obama, a annoncé, lundi 26 janvier, ses premières mesures pour réduire la dépendance énergétique des Etats-Unis et les émissions de gaz à effet de serre, et stimuler la production de voitures moins gourmandes en carburant. Pour le nouveau président, les Etats-Unis sont prêts à mener le combat international contre le réchauffement climatique. Il a appelé à une "coalition véritablement mondiale" contre le phénomène, soulignant la nécessité que les grandes économies émergentes, la Chine et l'Inde, fassent leur part du travail.



"L'Amérique ne sera pas l'otage de la diminution des ressources, de régimes hostiles et du réchauffement de la planète", a-t-il déclaré. M. Obama a demandé à l'Agence de protection de l'environnement de réexaminer la possibilité d'accorder une dérogation à l'Etat de Californie pour qu'il puisse imposer des normes plus strictes que les normes fédérales pour les émissions de gaz à effet de serre des véhicules. Le gouverneur de Californie, Arnold Schwarenneger, qui revendiquait cela depuis longtemps, s'est félicité de cette annonce, jugeant que "la Californie et l'environnement ont désormais un allié fort à la Maison Blanche".




"SE PRÉPARER À L'AVENIR"

Par ailleurs, "nous allons commencer à appliquer de nouvelles normes aux véhicules de l'année 2011, de sorte que nous consommerons moins de pétrole et que les familles disposeront de voitures et de camions plus propres et plus efficaces", a déclaré M. Obama. "Nous n'allons pas rester à ne rien faire sous prétexte qu'agir est difficile. C'est le moment de faire des choix difficiles", a dit le président américain, affirmant que ses priorités étaient de "choisir un avenir plus sûr pour le pays, prospère pour la planète, et durable".



Les mesures devraient forcer l'industrie automobile à produire des véhicules moins gourmands et plus respectueux de l'environnement. L'industrie automobile américaine, qui lutte actuellement pour sa survie, a résisté à des normes plus astreignantes. M. Obama a assuré que l'Etat prendrait "totalement en compte" les difficultés que connaît actuellement l'industrie automobile nationale et qu'il ne s'agissait pas "d'alourdir encore le fardeau" pesant sur elle, mais de l'aider à "se préparer à l'avenir".



De son côté, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton  a annoncé qu'elle allait nommer Todd Stern émissaire chargé du réchauffement climatique. Avocat et expert des questions de l'environnement du centre de recherche de Washington Center for American Progress, Todd Stern a été un conseiller du président Bill Clinton de 1993 à 1998. Il a ensuite joué un rôle central dans les négociations du protocole de Kyoto de 1997 à 1999, avant de devenir conseiller du secrétaire américain au Trésor de 1999 à 2001.

Commenter cet article