« Les citoyens d'abord, un nouveau sens pour l'Europe »

Publié le par Cohérence et Espoir 94


Merci à la section Jean Zay de Sciences Po


Les élections européennes ne déplacent pas les foules. En 2004, la participation avait été de 43%.  Le projet des socialistes européens répond à cette désertion par le titre même de son manifeste : « Les citoyens d'abord, un nouveau sens pour l'Europe. »



C'est un projet qui a tout pour séduire : de la crise financière à la croissance verte, tous les enjeux actuels sont abordés. Les critiques de la politique de la droite font aussitôt place à des propositions aussi nombreuses que concrètes.



L'Europe économique socialiste
est au goût du jour et affronte les problèmes du présent en proposant des solutions d'avenir : relancer l'économie par la croissance verte, stratégie qui devrait créer 10 millions d'emplois à l'horizon 2020, évaluer les politiques de libéralisation et éviter le retour des crises financières en encadrant les marchés. Le Parti Socialiste Européen a été le seul à proposer ces réformes structurelles qui s'inscrivent dans un changement durable, et non pas dans une mode.



L'Europe sociale socialiste
est ambitieuse et ne devrait pas hésiter à l'être plus pour répondre aux attentes des citoyens : accord européen des salaires ou établissement d'un cadre européen pour les services publics dans le cadre d'un Pacte européen du Progrès Social. Les socialistes proposent également une régulation stricte des activités de lobbying à Bruxelles, mesure souvent évoquée et nécessaire à la protection des droits des citoyens.




L'Europe écologique socialiste
se propose elle de donner l'exemple, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre mais aussi en augmentant l'aide européenne aux pays en développement pour qu'ils aient les moyens de lutter contre le réchauffement climatique sans sacrifier leur développement économique propre.




L'Europe de l'égalité des sexes socialiste
souhaite une charte des droits de la femme, tout un symbole, assorti de mesures garantissant des droits aux congés parentaux, à l'accès à la contraception et une représentation paritaire dans toutes les instances européennes.



L'Europe de l'immigration socialiste
fait ici un peu figure de timide, réclamant des règles communes d'immigration légale tout en respectant les compétences propres des Etats membres. La proposition de développer le système commun européen d'accueil des réfugiés va dans le bon sens, alors que la lutte commune contre l'immigration clandestine pose question.



Enfin, l'Europe de la paix socialiste est pleine de bonnes intentions dans un domaine où les marges de manœuvre sont souvent très difficiles sans un grand courage politique. Promouvoir le partenariat avec des zones en difficulté et mettre en œuvre des mesures pour éradiquer la pauvreté dans le cadre  des Objectifs du Millénaire pour le Développement de l'ONU, à l'horizon 2015, qui correspond au mandat législatif européen (2009-2014) restent des objectifs larges, mais nécessaires.




Ce manifeste laisse sans doute des mécontents, et mériterait peut-être quelques modifications. Mais en fait, il y a une chose qui s'oublie en lisant ce manifeste et que l'on devrait, socialistes internationalistes, qui rêvons d'une Europe politique, rappeler sans cesse : pour la première fois, des élections européennes se tiendront avec pour base un seul projet commun socialiste proposé à tous les citoyens des 27 pays de l'Union Européenne. Un projet capable de répondre aux attentes des citoyens européens face à la crise mondiale.



L'Europe est dominée par la droite depuis trop longtemps. Il est grand temps de laisser place à un vrai projet progressiste.

M.P

Retrouvez la traduction française du Manifesto adopté à Madrid le 1er décembre 2008 et l'actualité des socialistes, sociaux-démocrates et démocrates progressistes européens sur le site du PSE : www.pes.org.

Publié dans Europe

Commenter cet article