Bertrand Delanoë assure le DAL de son entier soutien

Publié le par Cohérence et Espoir 94

AP | 26.11.2008 | 16:52



Le maire de Paris Bertrand Delanoë a assuré mercredi Droit au Logement (DAL) de son "entier soutien" après la condamnation de l'association lundi par le tribunal de police de Paris.



Le tribunal de police de Paris a condamné lundi l'association Droit au logement (DAL) à 12.000 euros d'amende pour le "dépôt et l'abandon" des tentes de 374 familles mal-logées qui s'étaient installées fin 2007 rue de la Banque dans le IIe arrondissement de la capitale, les qualifiant d'"objets embarrassant la voie publique sans nécessité".



Dans une lettre adressée mercredi à Jean-Baptiste Eyraud, le président du DAL, et rendue publique par la mairie de Paris, Bertrand Delanoë écrit avoir appris avec "stupéfaction" cette condamnation. "Au travers des poursuites engagées contre vous et qui ont conduit à ce jugement, c'est la lutte que vous menez depuis plusieurs années, celle de vos militants et de centaines de familles mal-logées, qui est visée", estime le maire de Paris.



"C'est votre action qui est réprimée, celle qui a contribué à interpeller les pouvoirs publics et à permettre que l'accès au logement progresse dans notre pays", ajoute-t-il, estimant que "nous devons tous rester vigilants pour que le logement social redevienne une priorité effective du gouvernement". "Votre mobilisation est plus que jamais essentielle. Je tenais dans ces circonstances à vous assurer de mon entier soutien", conclut-il.



Nombre d'associations ont fait part de leur indignation après la condamnation du DAL. La Fondation Abbé Pierre, Emmaüs France et l'association Emmaüs se sont dit mardi "scandalisées", rappelant dans un communiqué "combien le travail du monde associatif a été et demeure vital pour les personnes mal logées et sans abri".



"Alors que les réponses politiques prennent si peu la mesure de l'urgence et que l'on meure dans les rues de notre pays ou dans les bois près de nos villes, elles estiment que c'est un bien mauvais signe que de condamner aveuglément des militants qui n'avaient d'autre motivation que de sensibiliser l'opinion sur des situations de vie intolérables à notre époque dans un pays aussi développé que le nôtre", ajoute le communiqué. AP

Publié dans Politique Sociale

Commenter cet article