Eléments face à la propagande sarkozyenne

Publié le par Cohérence et Espoir 94


Aux élections européennes de 2004, la gauche, toutes tendances confondues atteignait en France 45,5%. A celles de 2009, elle s’établissait à 44,5%. La droite, du MoDem au FN, obtenait en 2004 49%, elle a obtenu cette fois-ci 50%.

Loin du succès de Sarkozy claironné sur tous les mass-médias et de la « déroute » de la gauche, il est nécessaire tout d’abord de rétablir un élément de vérité dans cette mise en scène berlusconienne.

Le mode de scrutin (proportionnelle avec peu d’élus dans chaque circonscription ) a favorisé le PS, parti dominant de gauche, face à la division de la droite en 2004. La gauche obtint alors 40 sièges sur 78 dont 31 au PS (3 au PC et 6 aux Verts). La droite bien que majoritaire face à la gauche, payait cher sa division.
Le même phénomène frappe en 2009 la gauche et favorise la droite phagocytée par l’UMP avec 29 sièges sur 72 (contre 17 en 2004), mais le MoDem tombe à 6 sièges, le FN à 3 et le MPF à 1 (contre respectivement 11, 7 et 3 sièges en 2004).
La gauche obtient 33 sièges avec le PS à 14 sièges (contre 31), les Verts 14 (contre 6), le Front de gauche 5 (au lieu de 3).

Dans le même temps, mais cela ne donne lieu à aucune publicité,  signalons que dans les 24 élections cantonales partielles qui ont eu lieu depuis le début de l’année, la gauche , le PS en l’occurrence prend 6 cantons (avec 15 cantons sur 24) à la droite dont 4 à l’UMP, et n’en rétrocède qu’un seul à la droite (qui passe de 14  à 9 sièges).
Dans ces cantons, la droite obtenait 52%. Elle se retrouve à 49,70%, la gauche passant de 46,50% à 47%.

Mais bien sûr, cela est passé sous silence car non conforme à la vérité officielle.

Publié dans Elections

Commenter cet article