Contre la privatisation de la Poste

Publié le par Cohérence et Espoir 94

Gauche et syndicats ensemble contre la «privatisation» de La Poste
PS, PCF, LCR, Verts, MRC, Parti de gauche, mais aussi la CGT, FO et Sud-PTT appellent à signer «l'appel national contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal».

 

 (REUTERS)
          
          
          
          
          

 

La gauche syndicale et politique s'est retrouvée ce samedi midi devant le bureau de Poste du Louvre à Paris, le plus grand de France, pour s'opposer à ce qu'elle appelle "la privatisation" de l'entreprise publique dont le gouvernement veut changer le statut.



Des syndicalistes (CGT, FO, Sud-PTT) et des têtes d'affiche des partis de gauche comme Benoît Hamon, porte-parole du PS, Olivier Besancenot, son homologue de la LCR, Pierre Laurent, membre de la direction du PCF, Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de Gauche, Georges Sarre, secrétaire national du Mouvement républicain et citoyen (MRC, chevènementiste) avaient répondu à l'appel du Comité national contre la privatisation de La Poste, ainsi que le maire du IIe arrondissement, Jacques Boutault (Verts) et Clémentine Autain.



Ce comité, et tous ses relais locaux, avaient convié la population à venir signer ce samedi devant les bureaux de Poste "l'appel national contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal".



Devant une quarantaine de personnes, Régis Blanchot, au nom de Sud-PTT, a appelé à "lutter par tous les moyens pour obtenir l'abandon du projet".



"Ca fait plaisir de voir la gauche réunie", a ajouté le secrétaire général de FO Communication, Jacques Lemercier.



Benoît Hamon a relevé "l'immense paradoxe consistant à ce que, quasiment dans le même souffle, le président de la République en appelle au retour de la puissance publique et simultanément, prépare le passage de La Poste en société anonyme".



Olivier Besancenot en a appelé à la mobilisation, outre du personnel de La Poste, "des usagers, des élus qui sont attachés aux services publics des petites communes".



Pour Pierre Laurent, "la signification de la présence de toutes les forces de gauche, c'est le signal d'une relance d'une bataille pour obtenir l'abandon définitif de ce projet".



A Lille, la première secrétaire du PS et maire de la ville, Martine Aubry, a participé dans la matinée à un rassemblement avec les organisations syndicales (Sud, CFTC, FO et CGT) sur le même thème, devant le bureau de poste du quartier de Wazemmes à Lille.



Elle était accompagnée d'une petite centaine de manifestants, dont plusieurs élus socialistes et le secrétaire national du PS aux services publics, Razzy Hammadi. Celui-ci avait recensé, à la mi-journée, "plus de 180 points de manifestation avec des élus et militants".

Publié dans Politique Sociale

Commenter cet article