2009 s’annonce aussi tendu que 2008 à l’Assemblée pour Sarkozy

Publié le par Cohérence et Espoir 94

5 janv. 17h25 (mise à jour à 18h08)


Majorité incertaine au Sénat pour la loi supprimant la pub sur France Télé, retour du travail le dimanche à l’Assemblée, examen du plan de relance… La rentrée parlementaire s’annonce chargée et tendue pour l'exécutif.



FRANÇOIS VIGNAL

Nicolas Sarkozy, lors du sommet européen du 12 décembre.

Nicolas Sarkozy, lors du sommet européen du 12 décembre. (REUTERS)


 


L’année 2008 à l’Assemblée n'a pas été de tout repos pour Sarkozy. 2009 part tout aussi bien, avec un arrière-goût de déjà vu: réforme de l’audiovisuel public au Sénat, reprise des débats sur le travail le dimanche à l’Assemblée… Ajoutez le plan de relance, la réforme de la constitution… de quoi donner de belles empoignades voire quelques sueurs froides au chef de l’Etat.

L'audiovisuel au Sénat

Les parlementaires retournent sur les bancs de l’Assemblée et du Sénat ce mardi, mais c’est mercredi que commencent les choses sérieuses. La loi qui prévoit la suppression de la pub sur France Télévisions doit encore être examinée par la Haute assemblée. Problème: l’UMP n’y a pas la majorité absolue à elle seule. Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP, affirmait en décembre qu' "Il n'y a pas de majorité sénatoriale pour ce texte"... Les centristes sont appelés à la rescousse, mais les sénateurs du Nouveau centre grincent des dents sur les questions de financement: d’un côté la redevance, de l’autre la taxation, à hauteur de 0,9 % de leur chiffre d'affaires, des opérateurs de télécommunications.

 



«Serait-il inconcevable de demander 10 euros par mois aux Français pour une télévision de qualité sans coupure publicitaire ?» a demandé lundi Gérard Larcher, président du Sénat, dans le Figaro. Soit une hausse de la redevance annuelle de 116 à 120 euros. Seul hic, Nicolas Sarkozy a exclu toute hausse de la redevance...


Plan de relance

Autre pièce de choix: l’examen, au sein du collectif budgétaire 2009, du plan de relance de l’économie de 26 milliards d’euros, voulu par Nicolas Sarkozy le 4 décembre dernier. Là aussi existe un vice caché: ce plan n’est pas encore voté que déjà, des voix s’élèvent pour dénoncer son insuffisance… Un second plan n’est pas à exclure. Christine Lagarde, ministre de l’Economie, l'a d'ailleurs reconnu.

Réforme du droit d'amendement

A partir du 13 janvier, un débat pour le moins tendu – un de plus – commence à l’Assemblée: l'examen du projet de loi organique d'application de la révision constitutionnelle du 23 juillet dernier. Si tous les Français ne se sentent pas concernés par le sujet, l'opposition crie déjà à la forfaiture, la réforme remettant en cause le droit d’amendement (quand un parlementaire propose une modification d’une loi, lors de son examen), selon les socialistes. Le député PS Arnaud Montebourg parlait, dans Libération, de "poutinisation rampante", au sujet de cette réforme.

Travail le dimanche, le retour

Last but not least, c’est le 15 janvier que doivent reprendre les débats sur le travail le dimanche. Nicolas Sarkozy voulait boucler l’examen du texte à l’Assemblée avant la trêve des confiseurs. Devant la fronde de nombreux députés UMP, et l'obstruction parlementaire de l'opposition, qui tombait à point nommé pour l’exécutif devant  le manque de mobilisation de sa majorité, la décision avait été prise de repousser les débats. Un compromis a été trouvé le 15 décembre, mais les députés UMP, qui ont pris pour habitude de montrer leur indépendance, ne sont pas à un couac près. Nicolas Sarkozy, qui leur présente ses vœux mercredi, peut toujours souhaiter d’être suivi par toute sa majorité en 2009.

Publié dans Institutions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article