Nouveau rythme de travail au Bureau National

Publié le par Cohérence et Espoir 94

 

Tous les quinze jours, le bureau national sera consacré à un thème d'actualité.


Tout est une question de tempo. Martine Aubry veut changer l'ambiance au siège du Parti socialiste. «Le PS doit redevenir la ruche qu'il fut par le passé», a-t-elle déclaré en installant sa nouvelle direction début décembre. La maire de Lille espère qu'en modifiant le fonctionnement du parti, elle pourra remettre en route la machine.



Premier changement visible : la disposition moins hiérarchique des tables pour la réunion du secrétariat national.



Les dirigeants du PS ne se poseront plus la question d'être «dans le premier rectangle de tables ou dans le deuxième». Ils ont aussi dû actualiser leurs agendas. Désormais, la réunion qui se déroulait le mercredi se tient tous les mardis matin, avant la réunion du groupe parlementaire à l'Assemblée et avant le bureau national du soir, où est discutée la ligne politique.



Les partisans de Ségolène Royal, qui ne figurent pas dans la direction mais siègent au BN, ont critiqué cette inversion. En réalité, cette «rationalisation» du fonctionnement existait déjà avec François Hollande, puisqu'il avait pris l'habitude de réunir les représentants de chaque tendance avant le BN, le mardi.



Bien qu'elle ne soit pas députée, Martine Aubry a prévu d'assister aux réunions du groupe parlementaire le mardi matin. Pour l'instant, elle s'y est montrée discrète, ne cherchant pas à accaparer la parole. Il y a deux semaines, elle s'est fait représenter par le député européen Harlem Désir.


Brouilleurs de portables

Autre modification majeure : le rythme des bureaux nationaux. Ils seront organisés tous les quinze jours. Nouvelle protestation des partisans de Ségolène Royal qui se considèrent déjà suffisamment tenus à l'écart de la vie du parti.



Ils l'ont fait savoir lors de la première réunion du BN, le 16 décembre. Martine Aubry et ses proches ont corrigé le tir en expliquant que les «autres mardis» seraient utilisés pour des bureaux nationaux «thématiques». Celui du 13 janvier sera ainsi consacré aux réponses du PS face à la crise économique et sociale.



On est donc loin des discussions d'avant-congrès, au cours desquelles l'organisation même de bureaux nationaux toutes les semaines était critiquée. Depuis quelques années, l'exercice était effectivement devenu très formel et s'était transformé en jeu de positionnement, puisque les débats n'y demeuraient jamais longtemps secrets. Et cela, même si des brouilleurs de portables ont été mis en place ! La nouvelle direction compte les conserver. «Cela évite que tout le monde réponde à ses SMS durant les réunions», argumente-t-on.



Martine Aubry s'est fixé comme priorité de remettre le PS au travail. La première secrétaire devrait en dire plus sur ses objectifs pour 2009 lors de ses vœux le 14 janvier. Mais son premier défi devrait être de préparer les élections européennes de juin. La désignation compliquée des candidats devrait avoir lieu vers février. Dans son entourage, on le répète : «Une haie après l'autre.»

Publié dans Parti Socialiste

Commenter cet article