Malgré une abstention massive, La CGT est confortée aux prud'hommales

Publié le par Cohérence et Espoir 94


Les syndicats CGT et Sud ont progressé en France lors d’un vote national pour l’élection de juridictions tranchant les conflits du travail. Selon les résultats quasi-définitifs, portant sur 97% des bulletins, diffusés à l’aube jeudi, la participation s’élevait à 25,6%, en baisse de sept points par rapport à 2002.



La CGT obtenait 33,9% contre 32,1% en 2002 et Sud 3,8% contre 2,3% lors du scrutin précédent.



La CFDT, syndicat ayant soutenu la "réforme des retraites", en fait une augmentation de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein en 2003, chute à 22 contre 25,2%.



FO recule à 15,9% contre 18,3% et de la CFTC à 8,8% contre 9,7%.


Chez les cadres, la CFE-CGC progresse à 8,2% contre 7,0%, ainsi que l’Unsa à 6,2% contre 5,0%.



"C’est un message clair des salariés en direction des pouvoirs publics et du patronat pour que leurs droits soient respectés et leur situation améliorée, dans un moment où tout est fait pour leur faire payer la crise", a dit dans un communiqué la CGT.



Sur fond de crise économique et financière, la centrale de Bernard Thibault, qui a été en pointe dans la contestation de plusieurs réformes du gouvernement, est toujours de loin le premier syndicat français.



Son résultat est toutefois tempéré par l’échec de l’appel à la mobilisation des salariés aux urnes et la CGT dénonce d’ailleurs la "désinvolture" dans l’organisation du scrutin.



"Les organisations contestataires sortent renforcées du scrutin, pour trois raisons, la droite est au pouvoir, sa politique est contestée, les attaques contre les acquis sociaux et la baisse du pouvoir d’achat ont pesé dans la balance", a estimé le syndicaliste CFTC, Bruno Aubin.

Publié dans Institutions

Commenter cet article