Bertrand Delanoë veut une ligne claire et durable

Publié le par Cohérence et Espoir 94

Accord entre motions : Delanoë exige une ligne "claire"

Bertrand Delanoë affirme mettre de côté les "questions de personne" et exiger une ligne politique "claire et durable" dans les discussions entre motions avant le congrès socialiste de Reims.


Bertrand Delanoë a déclaré mardi 11 novembre qu'il mettait "de côté toutes les questions de personne" dans les discussions entre motions avant le congrès socialiste de Reims, pour ne parler que "du fond" et de l'exigence d'une ligne politique "claire et durable".


"Que du fond"


 "Je parle avec Ségolène Royal, Martine Aubry, Benoît Hamon", dans "un climat serein et humainement agréable", a déclaré à l'AFP le maire de Paris (motion A, 25% des voix PS), à trois jours du congrès.
 Ses conditions pour un accord? "Je ne me mets pas dans une situation de condition sine qua non, mais de responsabilité, pour que les Français aient à leur disposition un instrument politique qui s'appelle le PS, avec une ligne claire et tenable dans la durée".
 "Donc, je mets de côté toutes les questions de personne, je ne parle que du fond", a-t-il assuré.


 "Efficacité de gauche"


 Cette orientation, "il faudra la faire vivre pendant trois ans", a insisté le maire. "L'efficacité de gauche", selon lui, c'est "ne rien proposer dans l'opposition que l'on ne puisse mettre en oeuvre en responsabilité gouvernementale".
 Deuxième "urgence": "le socialisme du XXIe siècle est nécessairement écologiste".
 Troisième "urgence: nous souhaitons un projet de gauche pour l'Europe", que "nous ne pouvons élaborer qu'avec les forces progressistes européennes, en particulier les sociaux-démorates", a-t-il souligné.
 Ségolène Royal avait qualifié de "périmé" le modèle social-démocrate.


 La cotisation, acte militant


 Enfin, "extrêmement attaché" au PS, Bertrand Delanoë entend qu'il "ne soit pas qualifié de vieux parti: c'est lui qui nous a donné les victoires de 1981, 1988, 1997". Il "doit changer, mais l'aimer, lui être fidèle n'est pas être tenant d'un vieux parti".

 Il faut qu'il "reste un parti de militants, citoyens engagés qui pensent, débattent, décident", a poursuivi Bertrand Delanoë. La cotisation "n'est pas une taxe. C'est un acte volontaire, qui ne doit pas être dissuasif, mais progressif" selon les revenus.
 
Ségolène Royal veut une réduction forte des cotisations des adhérents.


Pas d'alliance avec le MoDem


 Sur les alliances, "on élabore un projet de gauche avec toutes les formations qui se reconnaissent de gauche et veulent gouverner et on le propose aux citoyens dans la transparence avant le premier tour", a résumé Bertrand Delanoë, excluant toute "alliance avec une formation politique qui considère qu'il n'y a pas de différence entre droite et gauche", allusion au MoDem.

 Interrogé sur l'affirmation par un proche de Ségolène Royal, qu'elle s'apprête à briguer la tête du parti, Bertrand Delanoë a répondu: "elle n'a rien dit officiellement. Il serait incorrect de commenter". (Avec AFP)

Publié dans Parti Socialiste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article