François Hollande dénonce les "yaka" de Sarkozy

Publié le par Cohérence et Espoir 94

Les annonces de Nicolas Sarkozy pour l'emploi ? Du "moi je", des "ya ka", selon François Hollande. Réaction diamétralement opposée à l'UMP, où l'on juge l'intervention du président "excellente", et témoignant du "juste retour de l'Etat."

 


La majorité applaudit, sans fausse note, les annonces de Nicolas Sarkozy. Pour Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, "les annonces du président (…) sont excellentes, dans le sens de ce que l'on peut souhaiter dans cette période". Même satisfaction pour Patrick Ollier, président de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale : "ni interventionnisme, ni ultra libéralisme: le juste retour de l'Etat."


Enthousiasme aussi au Medef. La patronne des patrons a déclaré dans un communiqué: "La volonté du président de la République de 'lever les tabous', en particulier à propos du travail le dimanche et de l'utilisation des CDD pour stimuler l'économie, sont à saluer."

Même unanimité dans les rangs de l’opposition, mais dans le sens inverse. François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste, a eu l’impression d’assister à "un meeting", qui n'apporte pas "les réponses attendues par ceux qui craignent pour leur propre emploi". Et de dénoncer : "il y a eu beaucoup de promesses verbales, beaucoup de ‘moi je’, beaucoup de ‘yaka’".


Le Parti communiste relève lui "le contraste entre les milliards promis aux banques sans contreparties" et les annonces. Noël Mamère, enfin, relève le "revirement à 180 degrés" de Nicolas Sarkozy, lui qui, "lors de sa campagne électorale", refusait "une France d'assistés" c'est un revirement à 180 degrés, mais "ce n'est pas le premier".


L’Union syndicale Solidaires ne dissimule pas non plus son agacement. "360 milliards pour les banques… du pipeau pour les salariés !" "La relance des emplois aidés risque, dans bien des cas, d'être utilisée comme un effet d'aubaine par les entreprises sans que l'emploi s'en trouve au final réellement amélioré."

Publié dans Politique Economique

Commenter cet article