Sarkozy: Un plan de communication d'annonces virtuelles!

Publié le par Cohérence et Espoir 94

AP | 23.10.2008 | 17:35


Nicolas Sarkozy "vient une nouvelle fois de se livrer à un exercice qui s'apparente davantage à un plan de communication d'annonces virtuelles qu'à un plan de stimulation de l'économie réelle", a déclaré jeudi François Hollande en réaction au discours du chef de l'Etat en Haute-Savoie.


"La dénonciation incantatoire de la dictature des marchés de la part d'un responsable politique qui a construit sa carrière politique sur leur apologie, l'exacerbation démagogique des tensions entre salariés et banquiers, la stigmatisation simpliste de l'impuissance de l'Europe, apparaissent comme autant d'artifices et de facilités de langage destinés à diluer sa responsabilité dans la situation difficile que connaît l'économie française", estime le Premier secrétaire du PS dans un communiqué.


"Nicolas Sarkozy a, non sans cynisme, abandonné ses promesses de campagne en matière de pouvoir d'achat, au prétexte des risques d'aggravation du déficit commercial. Il a renvoyé les plus impatients à faire des heures supplémentaires alors qu'aujourd'hui l'activité se rétracte. La seule annonce au monde du travail est qu'il sera désormais autorisé à travailler le dimanche", note M. Hollande.


"Les entreprises sont victimes de la même opération de poudre aux yeux puisque l'exonération de taxe professionnelle pour les investissements à venir n'aura d'effet qu'en 2011, compte tenu du mode de calcul de la TP. Enfin, la création d'un fonds souverain à la française serait bienvenue si elle était accompagnée d'une recette pérenne. Or, faute de ressources nouvelles, ce fonds autour de la Caisse des dépôts aura une portée limitée", ajoute le leader socialiste.


"Bref, Nicolas Sarkozy a démontré, par la modestie de ses propositions, qu'il ne dispose d'aucune marge de manoeuvre (...) Aussi, en est-il réduit à espérer rétablir la confiance par le verbe. Ce n'est plus de l'économie, c'est de la magie", conclut M. Hollande. AP

Publié dans Politique Economique

Commenter cet article