Bertrand Delanoë appelle le gouvernement à un échange responsable

Publié le par Cohérence et Espoir 94

PARIS (AFP) — Bertrand Delanoë a appelé mardi le gouvernement à un "échange responsable" avec l'opposition sur la crise financière, en lui précisant la situation du système bancaire, les mesures qu'il entend prendre et en
tenant compte de ses propositions.

"Face à l'exigence des événements, l'exécutif et l'opposition doivent assumer un échange responsable, respectant les convictions et l'identité de chacun", estime, dans un communiqué, le maire de Paris (PS) qui brigue la succession de François Hollande à la tête du PS.

 

"Le président de la République a-t-il jamais songé à consulter l'opposition depuis le début de cette crise? Et lorsqu'il réunit, à juste titre, les représentants des établissements bancaires, songe-t-il à informer les forces démocratiques de ce pays ?", demande M. Delanoë pour qui le récent appel à l'unité nationale lancé par le Premier ministre François Fillon "apparaît comme un signe d'impuissance et un rebond tactique".

 

"Dans un état d'esprit constructif", M. Delanoë demande au gouvernement de "répondre d'abord au souci de transparence qu'exigent nos concitoyens: quelles sont fondamentalement la situation actuelle et l'évolution prévisible du système bancaire français" et "quelles mesures précises" il entend appliquer "pour garantir un accès effectif au crédit aux épargnants et aux entreprises, y compris dans l'hypothèse d'une aggravation globale".

 

Pour lui, le "dialogue républicain" implique de "prendre en considération" les propositions de l'opposition. Il suggère ainsi que la présidence française de l'Union européenne puisse "impulser l'élaboration d'un plan de sauvetage européen des banques affectées par la crise" et proposer "la mise en place d'un superviseur européen" du système bancaire, fonction qui n'est pas attribuée à la Banque centrale européenne, selon les traités.

 

M. Delanoë réitère les propositions socialistes notamment "la remise en cause du paquet fiscal", la "suppression des niches fiscales", "la généralisation du chèque transport", la "création d'un fonds d'Etat" pour soutenir notamment les PME. Sur l'emploi, il avance trois axes : "Les emplois aidés, la formation continue des salariés et l'activité des seniors".


Publié dans Politique Générale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article