Nationalisme, ennemi des peuples

Publié le par Cohérence et Espoir 94

La priorité en Géorgie,  chacun l'a compris, c'est de rétablir la paix et mettre fin au massacre. Chacun ne peut que soutenir les initiatives françaises.

Mais combien auront compté d'un côté les projets du nationaliste Saakachvili du côté géorgien, d'intégrer l'OTAN et construisant un pipe-line contournant la Russie avec l'appui des Etats-Unis, mais de l'autre côté flattant et appuyant Poutine et son régime non démocratique, dédaignant les positions européennes.

Le nationalisme, au contraire d'un patriotisme certes un peu ridicule, mais qui se borne à entonner la Marseillaise et se réjouir des performances nationales sur les terrains de sport, joue sur des ressorts profonds et catastrophiques.

Le premier élément est toujours de se  croire victime d'injustices historiques, souvent basées sur une réalité durement vécue sur le plan économique et politique qui est corollaire à un déni total des injustices et souffrances infligées aux autres.

Dans cette idéologie nationaliste,  le tout est d'assurer sa domination ce qui n'est aujourd'hui que l'apanage de grandes puissances, telles les Etats-Unis ou la Chine, mais cela à coup de militarisation de la société et/ou d'interventions extérieures. C'est d'ailleurs un statut que veut la Russie.

Quant au nationalisme des autres, il est voué à la défaite et à l'amertume des catastrophes. Seuls, le pluralisme et la démocratie offrent une solution acceptable et nécessaire aux peuples qui doivent accepter et coopérer avec la communauté internationale.

Dans ce contexte, c'est le modèle européen démocratique et social, tel que nous, socialistes, pouvons le proposer qui semble le meilleur. Bien loin de toute alliance avec la droite et Nicolas Sarkozy!

Vincent Charlot
@ vincent.charlot@noos.fr
Site: htpp://www.coherenceespoir94.over-blog.com

Commenter cet article