Par rapport au terrorisme

Publié le par Cohérence et Espoir 94

Depuis le 3 août 2008, Nathalie Ménigon qui a passé plus de vingt ans en prison pour terrorisme et meurtres, a été libérée pour raison de santé. Accusée au moins de deux meurtres, elle avait été condamnée à perpetuité. Hémiplégique, elle travaillait en Haute-Garonne la journée pour réintégrer la prison le soir.

Hier, Marina Petrella, ancienne "brigadiste rouge" italienne, a été "libérée" de sa garde par la police à l'hôpital où elle se laissait mourir de désespoir parce qu'elle fait l'objet d'une mesure d'extradition vers l'Italie où elle est condamnée sans possibilité de réexamen de son cas.

Ces deux décisions sont à l'honneur de la justice française qui sait souvent se montrer indépendante du pouvoir politique, même si elle est bien lente face à des drames humains.

Elles nous permettent de réfléchir à notre position par rapport aux "terroristes".

Notre position face au terrorisme ne peut être dans un  état démocratique que totale, absolue. Et celles et ceux qui le pratiquent doivent être condamnées sévèrement.

Mais, comme tout autre délinquant, c'est la réinsertion, la réintégration des personnes dans la société qui doit être poursuivie et non une vengeance ad vitam eternam!

Rappelons que dans le cas de Marina Petrella, c'est François Mitterrand qui avait tranché en permettant à ces italiens de se réinsérer en France où ils avaient refait leur vie et trouvé leur place.

C'est pourquoi la décision  de M. Fillon et de Nicolas Sarkozy d'extrader Marina Petrella est intolérable et prouve leur inhumanité!

Une fois encore, il faut se mobiliser contre cette droite et ne pas tenter des compromis avec les droits de l'Homme!

Vincent Charlot
@ vincent.charlot@noos.fr
Site: htpp://www.coherenceespoir94.over-blog.com

Publié dans Politique Générale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article