Institutions : la réforme dans le sprint final

Publié le par Cohérence et Espoir 94



Institutions : la réforme dans le sprint final
[ 18/07/08  ]

Cette fois, c'est officiel : le sort de la réforme institutionnelle se jouera lundi après-midi à Versailles. Nicolas Sarkozy a convoqué hier le Parlement en Congrès, une décision rendue possible par l'adoption du texte en deuxième lecture par les sénateurs, dans les mêmes termes que les députés. Le vote (les centristes se sont abstenus et la gauche a dit « non ») n'a pas rassuré la majorité, qui n'est toujours pas assurée de recueillir les trois cinquièmes des suffrages exprimés nécessaires à Versailles. « Ce serait le premier échec ou le premier faux pas de la législature », a prévenu Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée. L'immense majorité des parlementaires UMP devraient voter oui, à l'exception d'une poignée d'élus gaullistes et villepinistes, pourtant dûment approchés par l'Elysée. Non sans effet, Bernard Debré ayant déjà tourné casaque. De son côté, Jean-Louis Masson, un sénateur non inscrit de Moselle, a proposé aux parlementaires du département de s'opposer au texte pour sanctionner la réforme de la carte militaire. Malgré les dernières propositions de Nicolas Sarkozy, tous les socialistes devraient voter « non » - à l'exception de Jack Lang, qui hésite « entre vote pour, abstention et non-participation ». « Le PS signe son arrêt de mort clinique » et « donne l'image de la vieille, très vieille politique », a fustigé le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, accusant la gauche de menacer les députés récalcitrants « de leur couper la tête ». La Rue de Solferino a aussitôt dénoncé « la vulgarité et le mépris » du parti majoritaire. « Quand on prétend revaloriser le rôle du Parlement, on doit commencer par respecter l'opposition », a assené Stéphane Le Foll, le directeur de cabinet de François Hollande. Dans la foulée, Julien Dray et Henri Emmanuelli ont épinglé la « frénésie de marchandage » et de « chantages » exercés selon eux par le gouvernement. La journée de lundi s'annonce riche en suspense... et en invectives.

Publié dans Institutions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article