Le PS et la CGT dénoncent la loi sur les droits et devoirs des chômeurs

Publié le par Cohérence et Espoir 94

Le député socialiste Julien Dray le 17 juin 2008 à l'Assemblée nationale 
Jacques Demarthon AFP ¦ Le député socialiste Julien Dray le 17 juin 2008 à l'Assemblée nationale

 

Après l’adoption dans la nuit de jeudi à vendredi de loi sur les «droits et devoirs des demandeurs d’emploi» la gauche et les syndicats n’ont pas tardé à réagir.
 
Le député PS Michel Issindou a dénoncé un «texte humiliant pour les demandeurs d'emplois» et le PCF Maxime Gremetz a parlé d'une «régression du code du travail».
 
Pour Julien Dray, les mesures adoptées sont «purement idéologiques et n’auront aucun effet sur la croissance et le pouvoir d’achat des salariés». Ce vote est «le point final d'un plan minutieusement préparé par l'UMP, et consistant à imposer ses fausses évidences néo-libérales au droit social français», a déclaré le porte-parole du PS dans un communiqué. «La France d’après est celle du temps de travail non réglementé, et des demandeurs d'emploi toujours suspectés de ne pas vouloir travailler», a-t-il ajouté.
 
«Un nouveau recul social»
 
La CGT s’est, de son côté, insurgée contre «un nouveau recul social» affirmant que les chômeurs passent «du statut de victimes de la politique de l’emploi des entreprises à un statut de coupables d’être au chômage.» Le syndicat a indiqué vouloir «poursuivre la bataille dans le cadre de la négociation de la convention d'assurance-chômage qui doit se tenir à partir de septembre pour réaffirmer le besoin d'indemniser tous les demandeurs d'emploi.»
 
L'UMP a contre-attaqué dans un communiqué, en déclarant que ce vote était un exemple de «l'attitude courageuse» de la majorité qu'elle oppose à une «attitude démagogique» à gauche.

20Minutes.fr, éditions du 18/07/2008 - 17h41

Publié dans Parti Socialiste

Commenter cet article