De l'analyse des contributions

Publié le par Cohérence et Espoir 94

Nos camarades de Désirs d'avenir national publient une analyse bien intéressante des contributions importantes présentées et envoyées aux socialistes.

 

Ils montrent réellement que de nombreuses contributions se rejoignent sur bien des points (85% disent-ils). Ce que chacun se disait est confirmé par l'analyse. Laur seul grand point de désaccord serait qu'ils présentent Ségolène Royal dès à présent.

 

Qu'ils me permettent de leur dire amicalement que ce sont les statuts du Parti qui tranchent. Ils prévoient d'abord un débat libre et ouvert sous la forme des contributions, puis un comité directeur de synthèse avec les motions soumises aux adhérents et ce n'est qu'en toute dernière phase que nous procéderons à l'élection du (de la) premier(e)

dirigeant(e)  du parti à chaque niveau (sections, fédérations et parti).

 

A part ce point, nos camarades se sentent en phase avec bien des contributions de type social-démocrates, considèrent la contribution de Bertrand comme trop sociale-libérale et ne voient pas d'alliance possible avec la "gauche" du Parti.

 

Pour ma part je pense qu'il y a bien quatre options principales:

 

Il est vrai que la contribution de Bertrand fait la part belle aux mécanisme du marché, considéré comme le moteur, le vecteur principal de la société, l'état et la puissance publique l'accompagnant.

 

Un deuxième bloc est constitué par des sociaux-démocrates qui croient au rôle important de la puissance publique, destiné à canaliser, à réguler, voire même à contrer le marché. C'est le cas de Ségolène comme de Martine. Mais il leur manque une vraie volonté de se rassembler et de rassembler tout le parti.

 

Le troisième bloc me semble être le rassemblement autour de nos valeurs socialistes et pour être une vraie force alternative. Il faut viser l'unité dont tous les éléments sont importants. C'est à mon avis la voie la plus porteuse auprès de notre peuple. Cet ensemble considère la puissance publique comme un élément essentiel de notre pays.

 

Enfin, il est vrai que la "gauche" du parti, morcelée en cinq textes est très loin de de ces trois premières options. Mais la clef de la réussite à gauche passent par eux. La très grande utilité de ces militants, c'est de baliser en permanence notre action et de confronter nos thèses dans la vie. Ils sont d'autant plus nécessaires qu'ils posent question et cela est bien pour notre ligne. Les laisser partir serait catastrophique pour nous.

 

C'est pourquoi nous nous engageons résolument pour une majorité solide et un parti uni pour se battre contre Sarkozy!

 

Vincent Charlot

Publié dans Parti Socialiste

Commenter cet article