La présence de Bachar el-Assad le 14 juillet "inopportune", selon François Hollande

Publié le par Cohérence et Espoir 94

AP | 12.07.2008 | 21:14
Si la présence du président syrien Bachar el-Assad est "normale" au sommet de lancement de l'Union pour la Méditerranée (UPM) dimanche à Paris, elle est "inopportune" le lendemain 14 juillet à l'occasion de la "fête des droits de l'homme", estime le premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande dans un entretien au Journal du Dimanche.

"Avoir un dictateur à la fête des droits de l'homme heurte un certain nombre de consciences. Et on sait ce qu'a été la responsabilité du régime syrien dans certains attentats au Liban", souligne-t-il.

Pour le patron du PS, "il aurait mieux valu distinguer les moments: celui du sommet de l'UPM, le 13 juillet, où il est normal qu'il y ait l'ensemble des chefs d'Etat et de gouvernement, et le 14 juillet en présence du secrétaire général de l'ONU et de Mme Bétancourt. A la fête des droits de l'homme, tout le monde ne peut pas être convié", fait valoir M. Hollande.

Le président syrien assistera bien au défilé militaire du 14-Juillet sur les Champs-Elysées, a confirmé vendredi le palais de l'Elysée. "Il sera là avec tous les autres chefs d'Etat et de gouvernement qui ont décidé d'assister au défilé", a-t-on précisé de même source.

Les 43 chefs d'Etat et de gouvernement des pays d'Europe et du pourtour méditerranéen conviés à Paris pour le sommet de lancement de l'Union pour la Méditerranée (UPM) au Grand Palais dimanche ont été invités à assister au défilé. Les Casques bleus des Nations unies déployés en Méditerranée (Liban, Golan, Chypre) y seront à l'honneur cette année.

Une quinzaine de chefs d'Etat et de gouvernement ont répondu à l'invitation, selon l'Elysée. Ils assisteront au défilé depuis la tribune officielle installée place de la Concorde, avant de déjeuner à l'Hôtel Marigny. AP

Publié dans Parti Socialiste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article